L’allaitement maternel comme allié contre le cancer du sein

L’allaitement maternel est-il recommandé dans ma situation ? C’est l’une des questions qui préoccupe une majorité des jeunes mamans françaises aujourd’hui encore. Un nouvel élément de réponse est aujourd’hui avancé grâce à une nouvelle étude américaine. Réalisée à l’occasion de la Semaine internationale de l’allaitement maternel cette dernière affirme que le risque du cancer du sein diminuerait arrivé à la ménopause dans les cas d’allaitement maternel.

 

Le risque du cancer du sein baisse de 2% à chaque période d’allaitement de 5 mois

Si l’OMS recommande 6 mois d’allaitement pour la bonne santé du bébé, le Fonds mondial de recherche sur le cancer, en partenariat avec l’Institut américain de recherche sur le cancer (AICR), a publié un rapport dont objectif est de démontrer qu’allaiter peut également être bénéfique pour la maman.
Ce projet s’est basé sur 18 études de l’AICR sur l’allaitement maternel et la lactation. Et les résultats présentés amènent une position conclusion : le risque du cancer du sein baisse de 2% à chaque période d’allaitement de 5 mois une fois ménopausée.
En effet, les hormones liées au risque du cancer du sein appelées les œstrogènes sont tout simplement réduites chez les femmes qui allaitent. Leur cycle menstruel est généralement décalé suite à l’allaitement. En parallèle, les cellules d’ADN potentiellement altérées peuvent disparaitre grâce à la perte de tissu mammaire après la sécrétion de lait par les glandes mammaires (lactation).

90% de guérison lorsque le cancer est détecté rapidement

En 2017, 252.000 femmes auraient succombé des suite du cancer du sein aux États-Unis d’après l’AICR. Un nombre qui baisserait d’un tiers si les personnes concernées amélioraient leur hygiène de vie. L’institut américain recommande non seulement d’allaiter, mais aussi de faire attention à son poids, de pratiquer régulièrement des activités physiques, et de réduire, voire éviter les boissons alcooliques.
L’AICR n’est pas le seul à avoir démontré les bienfaits de l’allaitement. La revue britannique Lancet, elle aussi, a publié un article à ce sujet, chiffres à l’appui. Allaiter serait un très bon moyen de prévention pour faire baisser le nombre de décès lié la maladie, estimé à 20.000 par an.
Même situation du côté des Françaises où l’on recense 50.000 nouveaux cas invasifs chaque année, dont 12.000 décès. Néanmoins, une fois le cancer dépisté à temps, c’est-à-dire à un stade précoce, la malade guérit dans 9 cas sur 10.

 

Complément : consulter le rapport sur le site de AICR (en anglais).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *