Symptômes et soin des coliques de bébé

Véritable épreuve déstabilisante et angoissante pour les nouveaux parents, les coliques surviennent souvent de façon inattendue au cours des trois premiers mois du bébé. Il pleure intensément, se tortille, devient tout rouge ou dort mal. Ce n’est pas une maladie, mais plutôt une crise de pleurs qui le fait véritablement mal. Alors, comment le soulager ?

 

Les symptômes

coliques pendant la crise de pleursAu bout de trois semaines de vie, vous remarquez que bébé pleure violemment et en continu et surtout beaucoup plus que d’habitude ? Si en plus il émet de nombreux gaz, a subitement le visage tout rouge, est très agité et ramène très souvent ses jambes contre son ventre, il présente les symptômes des coliques du nourrisson. Il s’agit de crises de pleurs très fréquentes chez le nouveau-né et qui touchent environ 20 % d’entre eux.

Elles apparaissent généralement vers la deuxième semaine de vie et disparaissent vers le quatrième ou cinquième mois. Elles sont dues à d’intenses douleurs dans le ventre qui débutent immédiatement après le repas, l’après-midi ou en début de soirée. Elles sont à distinguer de la diarrhée. Dans les deux cas, l’abdomen est souvent un peu ballonné certes, mais la diarrhée se reconnaît facilement par l’aspect liquide des selles alors qu’avec les coliques, elles sont normales.

 

Pourquoi le nouveau-né a-t-il des coliques ?

Pour mieux le soulager et trouver les solutions les plus adaptées à ces crises, la première étape est de comprendre ce phénomène. D’après les spécialistes, ces réactions seraient dues au lait maternel, riche en lactose surtout à chaque début de tétée. Les organes du bébé sont pourtant encore immatures en particulier son intestin, ce qui explique pourquoi il a du mal à le digérer. Et peu de mamans le savent encore, mais la composition du lait change en fonction de la durée de la tétée.

En effet, s’il est riche en sucre rapide au début, il est plus riche en protéine en milieu de tétée et en graisse à la fin. Le nourrisson n’ingérera donc que du sucre rapide si la mère change très rapidement de sein alors qu’il a pour effet d’accélérer la digestion et en même temps de favoriser les coliques.
Pour les éviter, il vous suffit de laisser le bébé téter un sein jusqu’au bout et non pas toutes les 10 minutes. Il est également recommandé de donner le sein ou le biberon en maintenant le nouveau-né dans une position verticale. Cela évite qu’il n’avale trop d’air, car cela provoque également des flatulences douloureuses dans l’intestin.

Sinon, lorsque l’enfant est nourri par un lait artificiel ou infantile, respectez les quantités de poudre par rapport aux quantités d’eau. Si les pleurs et les cris persistent, vous pouvez changer le lait sans toutefois changer le fréquemment et sans avis médical. Et bien évidemment, la prise du biberon doit se faire dans une atmosphère détendue et surtout lentement pour éviter que bébé ne soit agité et tendu.

 

Les meilleures pratiques soulager bébé

Étant donné qu’il existe une forte relation affective entre le nouveau-né et sa mère, les douleurs ressenties par le petit seront naturellement apaisées par le contact avec sa maman. Il se sentira rassuré ce qui l’aidera à faire retomber la tension plus facilement.

En même temps, vous pouvez chauffer un peu de lait ou de l’huile de massage et en verser quelques gouttes sur les paumes de vos mains. Ensuite, elle vous suffit de masser le ventre du bébé par des mouvements circulaires dans le sens des aiguilles d’une montre autour de son nombril. Pour le soulager encore plus, le mieux est de réaliser ce massage environ une heure avant les pleurs habituels et non pas juste après lui avoir donné le sein ou le biberon. Dans le cas contraire, il régurgitera tout ce qu’il a avalé.

Il est également possible d’atténuer les douleurs du nourrisson en lui donnant une très faible quantité d’eau sucrée. Pour cela, versez une demi-cuillerée à café de sucre dans 20 ml d’eau portée à ébullition et laissez ensuite refroidir le mélange. Vous pouvez alors lui en donner avec une petite cuillère ou à l’aide d’une seringue, sans l’aiguille bien évidemment, que vous placerez dans le coin de la bouche pour qu’il puisse téter. Cette petite quantité est largement suffisante pour le soulager au moment où il pleure. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas lui en donner plus de deux fois par jour puisque cette astuce permet uniquement de le calmer et non pas d’améliorer sa digestion.

 

Soigner les coliques par les méthodes naturelles

Mise à part l’eau sucrée, il existe des produits homéopathiques très efficaces pour soulager les coliques du nourrisson comme l’argile verte. Pour l’utiliser, diluez-en une cuillerée à soupe dans un demi-verre d’eau puis laissez décanter pendant une nuit. Donnez-en ensuite au nourrisson une demi-pipette ou une pipette avant chaque tétée.

Certaines plantes comme le fenouil, la mélisse, la camomille, ou encore l’aubépine sont également très efficaces pour éviter ces crises de pleurs et de cris. Pour cela, infusez la plante que vous avez choisie et laissez refroidir l’infusion avant d’en donner une pipette au bébé avant chaque tétée également.

L’ostéopathie, une autre alternative

Nous avions déjà évoqué ce sujet précédemment, l’ostéopathie se révèle tout aussi efficace pour traiter les coliques du nouveau-né. En effet, si dans la majorité des cas elles sont dues au lait maternel riche en lactose, elles peuvent aussi résulter d’une mauvaise position du fœtus in utero ou lors de l’accouchement. Dans ce cas, il est possible de consulter un praticien dès 3 à 4 semaines après la naissance du bébé. Il effectuera de petits massages sur son ventre pour soulager ses maux.

 

Quand consulter ?

Le plus souvent, les parents consultent un médecin dès qu’ils remarquent tous les symptômes des coliques. Une fois chez le pédiatre, celui-ci vérifie qu’il ne s’agit pas d’un reflux gastro-œsophagien, d’une erreur diététique, d’une hernie ou d’une simple constipation. Si le diagnostic confirme qu’il s’agit bien des fameuses crises, le médecin rassurera tout simplement les parents sur leur caractère bénin. Il prescrira des médicaments si cela s’avère réellement nécessaire, mais dans la majorité des cas, il apportera ces conseils très simples et naturels pour soulager le bébé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *