Reconnaître et traiter la bronchiolite du nourrisson

La bronchiolite est une maladie très contagieuse qui affecte de nombreux nourrissons chaque année à cette période de l’année, principalement les petits garçons (60 % des cas répertoriés). Et s’il y a une maladie que les parents redoutent le plus, c’est bien celle-ci. Pourquoi ? Qu’est-ce que la bronchiolite ? Comment se manifeste-t-elle ? Et surtout comment la soigner ?

 

Une infection virale particulièrement contagieuse

Principalement présente en hiver (de mi-octobre à mars), la bronchiolite est une infection virale très contagieuse qui affecte près de 500 000 enfants chaque année en France. Cette maladie affecte surtout les enfants de moins de deux ans, avec un taux élevé chez les nourrissons de 3 à 6 mois. Le taux de contamination le plus élevé est souvent enregistré vers le mois de décembre, la période de l’année où il fait le plus froid.

Dans la majorité des cas, le virus responsable de cette infection est le virus respiratoire syncytial ou VRS, mais elle peut toutefois être à l’origine de simples virus du rhume. Le virus peut se transmettre de façon directe (toux et crachat) ou indirecte par l’intermédiaire d’objets infectés (verre, divers ustensiles, biberon, etc.). Notons qu’il survit longtemps sur la peau ou sur les objets contaminés.

Concrètement, le VRS s’attaque aux bronchioles et provoque une inflammation aiguë. Le sujet contaminé tombe malade dans les 3 à 4 prochains jours qui suivent les premiers symptômes d’une grippe ou d’un rhume. La maladie dure généralement 7 à 12 jours, mais elle peut parfois durer jusqu’à trois semaines. Elle peut ensuite récidiver et affecter l’enfant maintes fois au cours de la même saison jusqu’à ses 2 ans généralement.

La bronchiolite ne présente pas de conséquences graves, mais peut entraîner des complications chez les enfants qui :

  • Souffrent d’une déficience immunitaire liée à des prises de médicaments ou suite à une maladie ;
  • Sont nés prématurés ;
  • Ont des troubles neurologiques, cardiaques ou encore pulmonaires.

 

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes s’identifient facilement : la maladie débute par simple un rhume qui se transforme par la suite en une toux sèche. Le bébé peine ensuite à respirer normalement à cause d’une inflammation au niveau de ses poumons, ronfle et en expirant peut dégage un sifflement. Attention ! Il arrive que chez le nourrisson, une bronchiolite grave reste silencieuse. L’inflammation peut s’accompagner d’une légère fièvre ne dépassant pas les 38 °C ainsi que d’une congestion nasale.

La bronchiolite se soigne facilement, car la plupart du temps, le traitement se fait à domicile suite à une consultation chez le pédiatre. Néanmoins, si votre bébé a moins de 3 mois et si un des cas suivants se présente, appelez en urgence une aide, car une hospitalisation sera nécessaire :

  • Votre bébé a des diarrhées et vomit beaucoup ;
  • Ses lèvres deviennent bleues ;
  • Il est dans un état de léthargie (un état de sommeil profond et prolongé) ;
  • Il ne réussit plus à s’alimenter et commence à présenter des signes de détresse respiratoire.

 

Quels sont les traitements ?

Pour soigner et soulager votre bébé atteint de la bronchiolite, voici comment faire :

  • Pensez à bien aérer la maison notamment sa chambre pour obtenir un taux d’humidité de 30 % à 40 % et une température de 19 °C ou 20 °C ;
  • Lavez son nez avec de l’eau saline ou avec un sérum physiologique de manière à améliorer sa respiration. Pratiquez cela plusieurs fois dans la journée et surtout avant le repas ;
  • Mettez-le en position demi-assise lorsqu’il dort en surélevant la tête du lit de façon à effectuer un angle de 30° à peu près ;
  • Donnez-lui fréquemment à boire pour éviter la déshydratation ;
  • Évitez de l’exposer à de la fumée surtout celle de la cigarette ;
  • N’utilisez pas un poêle à bois pour le chauffage ;
  • Effectuez des séances de kinésithérapie respiratoire journalières et continues de manière à faire ressortir facilement les glaires.

Il existe également de petites astuces à préparer chez vous pour le soulager et traiter cette infection, notamment la préparation d’une solution saline faite maison. Il vous faut 1/2 cuillère à thé de sel soit 2,5 ml à dissoudre dans 240 ml d’eau bouillie déjà refroidie. Déposez 3 gouttes de cette solution dans chaque narine de bébé et laissez agir 1 à 2 minutes. Aspirez-y ensuite les sécrétions à l’aide d’un mouche-bébé. Avant tout traitement personnel ou mise en place d’une « astuce de grand mère » veillez à consulter un médecin ou spécialiste médical.

Dans le milieu médical, le pédiatre prescrit généralement des soins pour soulager la congestion nasale. Pour les cas graves, un bronchodilatateur sera nécessaire pour améliorer la respiration de bébé, bien qu’il soit rarement proposé. Si l’état du petit est vraiment critique, il sera hospitalisé et placé sous oxygène.

 

Les actions préventives

Le caractère contagieux du virus responsable de l’infection facilite la contamination. Cependant, l’allaitement maternel peut protéger votre bébé. Voici quelques conseils pour protéger votre petit de l’infection :
Lavez fréquemment vos mains avec du savon et de l’eau propre avant de vous occuper de bébé. Ce geste doit se faire de façon systématique ;

  1. N’emmenez pas votre enfant dans des endroits à forte fréquentation ;
  2. Ne l’exposez pas à la fumée d’un poêle à bois ou celle de la cigarette ;
  3. Si vous êtes enrhumé, évitez de l’embrasser et ne toussez pas devant lui. Ayez le réflexe de le faire dans un mouchoir ou dans le pli de votre coude par exemple ;
  4. Ne mélangez pas et n’échangez jamais les différents ustensiles de votre petit (biberon, suces, tasse, etc.) et nettoyez-les minutieusement ;
  5. N’oubliez jamais de laver fréquemment les jouets partagés ;
  6. Lavez et dégagez régulièrement le nez du bébé pour le désobstruer.