Moins de troubles du comportement chez les enfants allaités

Les pédiatres le recommandent toujours autant : le lait maternel exclusif pendant 6 mois est l’aliment idéal du nouveau-né. Non seulement il lui apporte tous les nutriments nécessaires pour sa bonne croissance et pour le protéger de diverses maladies, mais il favorise également son bon fonctionnement cérébral d’après une récente étude.

 

La revue médicale américaine Plos One a récemment publié une étude sur les bienfaits de l’allaitement maternel. Menée par les chercheurs du Conseil de recherche sur les sciences humaines à Durban (Afrique du Sud) et financée par le gouvernement canadien, elle a comparé le comportement de 1500 enfants, dont 900 allaités au sein depuis leur naissance jusqu’à leur 6ème mois.

Résultat : entre 7 et 11 ans, ces derniers sont beaucoup moins exposés aux troubles du comportement. Il y a 56% moins de risques qu’ils aient une conduite antisociale et agressive à cet âge. Parallèlement, leur capacité à apprendre est beaucoup plus élevée, leur vie scolaire et même leur vie professionnelle plus tard se passeront au mieux. Ceux qui n’ont été allaités que moins d’un moins en revanche risquent plus facilement d’être exposés aux troubles comportementaux et même de santé mentale.

Le principal auteur de la recherche, le Dr Tamsen Rochat, affirme donc que la durée de l’allaitement est un facteur déterminant pour l’avenir du bébé, et ce, jusqu’à sa réussite professionnelle. Par la même occasion, il apporte une autre solution contre les troubles du comportement pendant l’enfance : la crèche. Selon lui, fréquenter la crèche durant un an au minimum est le meilleur moyen pour stimuler davantage le cerveau grâce à l’environnement et aux divers jeux d’éveil. Ce sont également des facteurs déterminants pour favoriser une meilleure mémorisation, une bonne concentration et grande capacité à réaliser plusieurs tâches en même temps. Le cerveau du bébé a donc 74% plus de chances d’être mieux structuré.

 

Consulter l’édude (en anglais) : http://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.1002044


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *