Prévenir et soigner l’otite chez le bébé

L’otite n’apparaît pas forcément chez tous les bébés, car certains en seront sujets au moins une fois au cours de leur vie et d’autres ne l’auront jamais. 80% d’entre eux sont néanmoins touchés entre les âges de 6 mois à 4 ans. Cette maladie qui touche l’oreille moyenne derrière le tympan est très courante, surtout à la suite d’une infection respiratoire (rhume, bronchiolite ou sinusite) ou d’un autre problème rhinopharyngite. Difficilement détectable, elle s’identifie par les différents changements de comportement de bébé.

 

Les causes et symptômes

schéma de l'oreille lors d'une otite

Schéma de l’oreille : la Trompe d’Eustache est bouchée pendant l’otite. Crédits CNAMTS.

La principale cause de l’otite est soit d’origine bactérienne soit virale, où la bactérie (ou le virus) responsable survit surtout en milieu chaud et humide. Elle se manifeste au départ par un simple rhume ou une autre infection qui bouche la trompe d’Eustache ou trompe auditive, le conduit qui relie l’arrière de la gorge et l’oreille moyenne. Ce conduit ne pourra donc plus évacuer normalement les liquides, les bloquant dans l’oreille moyenne et provoquant ainsi l’infection.

En même temps, du pus se développe ce qui fera gonfler l’oreille sous la pression exercée jusqu’à provoquer l’otite moyenne aiguë. Cette inflammation s’accompagne généralement d’une légère fièvre entre 38 et 39°C, ce qui est bon signe contrairement à ce que l’on croit. Cela justifie effectivement une bonne réaction de l’organisme contre la maladie.

À l’apparition de l’otite, on observe nettement plusieurs symptômes à savoir l’otalgie (une douleur au niveau de l’un ou des deux oreilles), la fièvre, l’écoulement de pus du conduit auditif ainsi que des pleurs. Ils sont dus à la douleur que ressent bébé lors de la tétée et surtout au moment d’avaler des aliments. On notera également la diminution de l’appétit, la baisse de l’acuité auditive, l’irritabilité, ainsi que les problèmes de sommeil.

Dans la plupart des cas, cette infection entraîne par la même occasion des douleurs abdominales, des diarrhées et des vomissements. Mais symptômes graves ou non, il faut toujours consulter immédiatement un médecin pour éviter que l’infection ne se propage et ne soit récurrente.

 

Les méthodes de prévention

Plusieurs facteurs peuvent favoriser l’apparition de l’otite chez bébé, des facteurs indispensables à connaître afin de réduire au maximum les risques d’infection. Ainsi, il y a :

  • L’administration de biberon en position couchée ;
  • La fréquentation des crèches ou d’endroits très ouverts ;
  • La prédisposition génétique ;
  • Les végétations adénoïdes (une sorte d’anneau de tissu lymphoïde derrière le nez) ;
  • Le dysfonctionnement tubaire, un trouble auditif (surtout chez les enfants ayant une malformation crânienne) ;
  • Une condition de vie et d’hygiène précaire ;
  • L’exposition à la fumée de la cigarette (même les enfants en bas âge sont des fumeurs passifs !) ;
  • L’allergie ;
  • Les saisons d’automne et d’hiver ;
  • L’inflammation post-infectieuse ;
  • La prématurité du bébé ;
  • La pollution.

Quelques gestes simples aident à prévenir la maladie et ainsi éviter la médication qui est assez lourde pour un bébé. Une hygiène irréprochable est de rigueur notamment au niveau du conduit nasal qui doit être régulièrement nettoyé au sérum physiologique. La vaccination est également primordiale à la naissance, afin de réduire les risques de complications.

Mais quels que soient les symptômes qui surviennent, il existe plusieurs traitements efficaces qui agissent de manière radicale. Qu’elle soit d’origine bactérienne ou virale, l’otite se soigne relativement vite si elle est traitée à temps. Les antibiotiques et les anti-inflammatoires sont les plus prescrits pour lutter contre la douleur, mais il y existe diverses solutions spécifiques suivant les cas et la gravité de la maladie. Dans tous les cas, seul un médecin peut orienter les parents vers le traitement le mieux adapté.

 

Recourir à la médecine douce pour soigner l’otite

Pour traiter l’otite chez bébé, il existe plusieurs thérapies efficaces notamment la phytothérapie et l’homéopathie. La première utilise des antiseptiques végétaux notamment des solutions à base de niaouli, de camphre et d’eucalyptus. Certaines recettes de grand-mère peuvent s’avérer tout aussi efficaces telles que l’infusion de thym comme anti-inflammatoire, le mélange d’ail et d’huile d’olive comme antidouleur, ou encore l’extrait de jus d’oignon pour bien nettoyer les oreilles.

Quant à l’homéopathie, elle permet de soulager l’otite avec des traitements adéquats et naturels à base de plantes. Les vertus de certaines plantes offrent effectivement une très bonne alternative aux médicaments classiques, citons parmi elles la Belladone ou le ferrum phosphoricum en granulés pour apaiser la fièvre, le Capsicum ou l’Aconitum comme antidouleur. Pour en savoir plus sur les possibilités, consultez nos recommandations sur les soins homéopathiques pour bébé.

 

Autres traitements avec la médecine traditionnelle

On fait ici référence aux traitements médicamenteux et chirurgicaux. Si la douleur persiste, il est possible d’administrer des antalgiques classiques comme du paracétamol ou de l’aspirine à bébé en attendant de consulter (même s’il reste essentiel d’attendre l’avis du médecin, quitte à lui demander pendant la prise de rendez-vous, avant de pratiquer l’auto-médication, surtout chez les enfants en bas âge). Le médecin peut par la suite prescrire de l’ibuprofène (un anti-inflammatoire) ou des analgésiques comme de l’acétaminophène par voie orale ou de l’Auralgan sous forme de gouttes à mettre dans l’oreille. Des antibiotiques sont également prescrits pour réduire l’évolution de la maladie : l’amoxicilline ou la pénicilline restent les plus efficaces.

En ce qui concerne l’intervention chirurgicale, elle n’est nécessaire que dans les cas les plus graves où les antibiotiques n’ont plus aucun effet ainsi que dans les cas extrêmes. La méthode la plus connue est la paracentèse, une opération qui consiste à inciser une petite partie du tympan touché pour aspirer le pus et drainer le conduit auditif. Le suivi post-opératoire est par la suite indispensable pour voir si l’opération a pu améliorer l’état du patient. Mais comparée aux autres traitements, la chirurgie soulage immédiatement la douleur tout en évacuant les sécrétions purulentes. Elle réduit ainsi l’évolution de l’infection. Source : Société canadienne de pédiatrie

Vous l’aurez compris, l’otite est une maladie très fréquente chez les enfants en bas âge et il convient de la traiter rapidement pour éviter de graves complications. Restez donc toujours vigilant par rapport aux comportements de votre bébé à partir de l’âge de six mois et consultez aussitôt en cas d’alerte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *