Bébé saigne du nez

Entre fièvre, toux, vomissement, diarrhée, allergie… être parent n’est jamais de tout repos lorsque bébé est malade. Et pourtant, ce sont des épreuves incontournables auquel chacun doit se préparer. Parmi les petits bobos qui inquiètent également les parents, il y a le saignement du nez ou épistaxis dans le jargon médical. Cela peut alarmer au début, mais ce phénomène est souvent bénin et moins grave que l’on pourrait le penser.

 

Pourquoi bébé saigne-t-il du nez ?

Il y a de nombreuses raisons qui peuvent expliquer pourquoi bébé saigne du nez, mais dans la majorité des cas, le problème est mineur. Pour commencer, il se peut qu’il se soit gratté le nez alors que ses ongles sont un peu longs, ou encore qu’il se soit mouché ou qu’il ait éternué violemment. Il est également possible que vous l’ayez légèrement blessé avec une pipette de sérum physiologique durant le lavage de nez. Cela est donc tout simple, mais on n’y pense pas souvent. N’oublions pas que les muqueuses nasales abritent de nombreux petits vaisseaux sanguins très sensibles qui peuvent se rompre facilement.

Autre explication : il est assez fréquent chez certains bébés que l’épistaxis survienne en hiver lorsque le chauffage assèche l’air ambiant et par la même occasion l’intérieur des narines. Celui-ci devient effectivement plus fragile que d’habitude. Ce phénomène peut également être d’ordre plus médical, notamment lorsqu’il est lié aux allergies, à un rhume et même à certaines maladies telles que la rougeole.

Parfois, il peut aussi arriver qu’un objet soit coincé dans la paroi nasale de bébé, ou plus grave, que ce dernier soit tombé ou se soit cogné la tête. Dans ce cas, consultez sans attendre un pédiatre ou un médecin.

Pour savoir si la situation est grave ou non, évaluez la durée du saignement et non l’abondance ni la couleur du sang. S’il dure plus de 15 minutes, consultez immédiatement. Surveillez également l’état général de votre enfant. S’il respire rapidement, devient pâle, a les mains moites et est de moins en moins conscient, ce sont les symptômes d’un choc hémorragique (une insuffisance circulatoire aiguë). Autrement dit, une urgence médicale.

 

Comment réagir face à l’épistaxis de bébé ?

Avant tout, évitez de paniquer à la vue du sang puisque vous ne ferez qu’augmenter le sentiment de peur de votre enfant. La première chose à faire est de l’inviter à s’asseoir, pour éviter qu’il avale le sang et ait des nausées dans une position allongée. Penchez ensuite sa tête en avant (vers le sol), puis mouchez-le ou pincez sa narine juste en dessous de l’os de son nez. Cela permettra de faire sortir les plus gros caillots de sang. Pour stopper le sang, vous pouvez également prendre un glaçon et l’appliquer sur son nez. Si le saignement ne s’arrête pas ou que le débit du sang ne ralentit pas après 15 minutes, vous devez consulter un médecin.

Pour stopper le saignement, évitez d’utiliser un mouchoir, des compresses ou du coton en première intention pour boucher les narines. Cela ne fera que stopper provisoirement le saignement, car l’épistaxis reviendra une fois que vous retirerez ces bouchons. Pour les cas les plus graves notamment les complications, encore une fois, consultez votre médecin. Pour une hémorragie par exemple, il commencera par inspecter la zone où le saignement s’est manifesté. Cela lui permettra de diagnostiquer un éventuel trouble de coagulation de sang ou une dilatation des petits vaisseaux sanguins à l’intérieur des narines.

Si l’épistaxis est liée à une chute, le professionnel de santé procédera à différents examens, notamment l’électro-encéphalographie, la radiographie crânienne ou encore l’évaluation de la coagulation sanguine (taux de prothrombine TP ou PR – Prothrombin Ratio). Lorsque le médecin constate que l’intérieur du nez de l’enfant est très fragile, il peut prescrire une pommade spéciale pour le cautériser et ainsi boucher les vaisseaux sanguins.

 

Comment éviter le saignement du nez et les récidives ?

Vous pouvez prévenir l’épistaxis par des gestes simples en commençant par interdire à votre enfant de curer son nez avec ses doigts. Coupez-lui également les ongles régulièrement et installez des humidificateurs d’air chez vous pour éviter une atmosphère trop sèche. Lorsqu’il est enrhumé, rien ne vaut le lavage de nez au sérum physiologique. Mouchez délicatement votre bébé après lui avoir lavé les narines avec la solution saline.

En hiver, lorsque l’air devient trop sec, il est possible d’appliquer une pommade antibiotique ou un gel nasal pour humidifier la paroi nasale de votre enfant. Pour trouver le produit adapté, demandez conseil à votre médecin.

Et si votre enfant est déjà en âge de vous comprendre parfaitement, apprenez-lui à éternuer la bouche ouverte pour que la pression vers les narines ne soit pas trop forte. Enfin, lorsqu’il dort, vous pouvez surélever sa tête.

serum pour les saignements nasaux

 

Les remèdes naturels pour le saignement nasal

Pour soigner bébé, il n’y a rien de mieux que les remèdes naturels. Et il en existe plusieurs lorsqu’il saigne du nez, à commencer par le fameux glaçon ou un linge froid que l’on pose plusieurs minutes sur l’arrête du nez afin d’arrêter le saignement. Dans le même ordre d’idée, vous pouvez appliquer une serviette humide sur le front de bébé.

Si vous avez du vinaigre sous la main, c’est également parfait. Il vous suffit d’y tremper un morceau de gaze stérilisée puis de le laisser 10 minutes dans la narine où le sang a coulé. Si vous n’avez de vinaigre, une ou deux gouttes de citron font très bien l’affaire. L’eau saline est également un remède de grand-mère réputé si vous n’avez pas de sérum physiologique. Pour cela, mélangez une pincée de sel dans un verre d’eau, puis procédez au lavage de nez habituel à l’aide d’une seringue. Bien évidemment, si avec toutes ces pratiques le sang coule toujours au bout de 15 minutes, consultez rapidement un médecin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *