Le mythe d’Œdipe pour les enfants

Le complexe d’Œdipe constitue une étape importante sur le développement de la personnalité et de la sexualité d’un enfant. Focus sur ce concept que l’on doit au père de la psychanalyse, Sigmund Freud.

 

De Sophocle à Freud

Le complexe d’Œdipe tire son origine d’une pièce de Sophocle qui raconte l’histoire d’un petit garçon abandonné. Une fois adulte, ce dernier est amené à tuer un homme qui s’avérait être son père et épouser une femme qu’il était en réalité sa propre mère, et ce, sans le savoir.

Sigmund Freud s’en est servi pour décrire une période par laquelle tous les enfants passent. Arrivés entre 2 et 3 ans, qu’ils soient garçons ou filles, ils arrivent à un moment où ils éprouvent un sentiment d’amour à l’égard du parent du sexe opposé. Cela provoque un sentiment inconscient de rejet et de jalousie envers le parent du même sexe.

 

Découverte de la dualité sexuelle

Chez le garçon

Le complexe d’Œdipe se manifeste généralement vers 3 ans chez un petit garçon. Amoureux de sa mère, il va tenter de la séduire et d’écarter son père qui lui sert à la fois de rival et de modèle. Le garçon œdipien peut aussi essayer de s’immiscer constamment dans l’intimité de ses parents en interrompant notamment les tête-à-tête ou en s’introduisant sans frapper dans leur chambre. C’est aussi une période ponctuée par des cauchemars où il peut refuser de dormir tout seul.

 

Chez la fille

Chez la petite fille, le complexe d’Œdipe est plus « complexe ». Il y a une période appelée préœdipienne où elle est d’abord attirée par sa mère au même titre qu’un petit garçon. Au fil du temps, elle se rend compte que toutes les deux se ressemblent et commence à attirer l’attention de son père. Cela crée en elle un mélange d’amour et de haine envers sa mère, accentué par un sentiment de culpabilité. On entre dans la phase œdipienne lorsqu’elle devient amoureuse de son père.

Seulement, le fait de ne pas aboutir à ses tentatives de séduction peut nourrir la frustration chez l’enfant. Cela peut s’exprimer à travers des cauchemars et des colères avec un besoin de transgresser les limites. Au final, ces sentiments involontaires entrent dans la découverte de la différence sexuelle.

 

illustration du syndrome d'oedipe

 

Comment réagir complexe d’Œdipe ?

Pour les parents, il est important de proposer une réaction adaptée à cette période, car il s’agit un moment clé pour le développement de la personnalité de l’enfant. Le but est de lui faire comprendre doucement, mais fermement qu’il ne pourra jamais être l’amoureux de sa mère ou l’amoureuse de son père.

Le parent momentanément repoussé doit faire comme si de rien n’était tandis que le préféré doit essayer à chaque fois de mettre en valeur l’autre. Il est aussi important d’expliquer à l’enfant œdipien qu’il découvrira dans le futur une personne avec qu’il pourra aimer comme son père aime sa mère.

Le complexe d’Œdipe prend fin généralement à l’entrée au CP où l’enfant agrandit son cercle social et découvre la pudeur tout en apprenant à maîtriser ses pulsions. Selon Freud, si cette période est mal gérée, elle peut être à l’origine de phobie, d’angoisse ou de névroses obsessionnelles.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *