Bébé est constipé

Vous pensez que votre bébé est constipé ? Ne vous inquiétez pas, ce dysfonctionnement intestinal se traite facilement. D’ailleurs, la constipation n’est pas une maladie et il est très rare qu’elle provoque des complications. Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Comme se présente-t-elle ? Et comment réagir rapidement pour soulager bébé ?

 

Les symptômes de la constipation

Le dysfonctionnement du transit intestinal est fréquent chez les nourrissons jusqu’à ses 3 ans environ. Les nouveau-nés de moins de 30 jours et ceux nourris au biberon sont les plus touchés. Les bébés nourris au sein sont en revanche moins touchés (10 à 20% seulement) puisque le lait maternel contient moins de résidus, et donc produit moins de matières fécales. C’est pour cette raison que de nombreux parents pensent à tort à une constipation lorsqu’un bébé allaité ne défèque qu’après 4, voire 8 jours. Vers 1 mois et demi, il s’agit plutôt d’un pic de croissance.

En effet, de sa naissance à son premier mois de vie en général, il salit plusieurs fois sa couche au cours de la journée. Puis vient le moment où il ne fera plus caca. Si au bout de quelques jours ses selles restent liquides et qu’elles n’ont pas changé de consistance, bébé est en bonne santé et n’a donc pas mal au ventre.

En revanche, il est constipé si ses selles sont sèches, dures, en forme de petites billes et s’il a eu beaucoup de mal à les faire sortir. Il peut même parfois avoir mal à l’anus. Dans certains cas, ses couches ou sous-vêtements sont légèrement souillés, parfois même tachés d’un peu de sang.

 

Pourquoi bébé est-il constipé ?

Le dérèglement du transit intestinal n’est pas une maladie. Il s’agit plutôt d’un manque de fibres ou de liquides (de l’eau ou du jus de fruits) dans son alimentation. Un excès de produits laitiers peut également en être la cause, tout comme un nouvel état psychologique chez les plus grands.

Il arrive effectivement qu’il soit constipé lorsque ses habitudes changent, après l’entrée en crèche ou à l’école, un déménagement, un apprentissage (prématuré) de la propreté, ou l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur par exemple. Certains enfants plus âgés se retiennent également volontairement de peur d’avoir mal au moment de déféquer, d’où la constipation.

 

Comment y remédier ?

Ce dérèglement est un trouble fonctionnel du transit intestinal. Il est bénin et se traite rapidement et naturellement dans la grande majorité des cas. Seuls les cas les plus graves et les complications nécessitent l’aide du médecin comme lorsque bébé a mal au ventre en allant à la selle, s’il perd du poids, s’il a des fissures anales ou si ses selles sont tachetées de sang, par exemple.

Dans tous les cas, les médecins déconseillent fortement l’automédication via les laxatifs (suppositoires de glycérine, sirops, etc.), les lavements ou suppléments de fibres. Ces types de traitement doivent être prescrits sous ordonnance et uniquement si cela est nécessaire, pour éviter tout effet secondaire.

 

Les méthodes naturelles pour faciliter le transit intestinal

Lorsque bébé est constipé, penchez-vous principalement sur son alimentation pour résoudre ce problème. S’il a moins de 6 mois, et donc qu’il ne boit encore que du lait, allaitez-le fréquemment. S’il suit un allaitement mixte ou exclusivement au biberon, donnez-lui souvent du lait de suite en évitant le surdosage (1 mesurette pour 30ml d’eau), une autre cause de la constipation chez les bébés. À partir de 6 mois, lors de la diversification alimentaire, donnez-lui de l’eau entre les tétées, pendant et entre les repas. Privilégiez également les aliments riches en fibres. N’oubliez pas non de lui donner du jus de fruits et des fruits (écrasés ou en compote) pour un repas bien équilibré.

Une autre astuce pour faciliter le transit intestinal consiste à coucher votre bébé sur le dos et à lui faire faire le mouvement de la bicyclette pendant quelques minutes. Concrètement, vous remontez la jambe gauche vers son ventre, puis la jambe droite et ainsi de suite, comme s’il pédalait. Massez ensuite son ventre en faisant des mouvements circulaires dans le sens des aiguilles d’une montre. Faites-le au moins 3 fois par jour.

Pour les plus grands, lorsqu’ils sont déjà propres, installez une routine quotidienne pour le passage aux toilettes en l’habituant à s’asseoir sur son pot ou sur la cuvette des toilettes à la même heure, de préférence après le repas, et pendant 5 à 10 minutes. Et s’il est en âge de comprendre, n’hésitez pas à lui parler de sa constipation. Certains ont juste besoin d’être rassurés lorsqu’ils doivent aller à la selle s’ils ne sont pas chez eux, comme à la crèche ou à l’école. C’est en même temps l’occasion de lui apprendre les règles d’hygiène s’il doit fréquenter des toilettes publiques, notamment le lavage des mains. Pour l’encourager, évitez de parler de tout ce qui pourrait le dégoûter comme les odeurs par exemple. Cela peut l’inciter à se retenir puisqu’il ne sera pas à l’aise. Enfin, faites-lui faire du sport pour faciliter son transit intestinal.

 

Les médicaments contre la constipation

Si les méthodes naturelles n’ont rien donné, vous pouvez lui donner de l’huile minérale ou de la gelée de Lansoyl (posologie de 2 demi-cuillères à café par jour par les enfants de moins de 24 mois), mais seulement s’il a au moins 12 mois. L’automédication étant fortement déconseillée, demandez toujours l’avis d’un pharmacien si vous utilisez un médicament anti-constipation en vente libre. Si le dérèglement persiste, seul un médecin pourra le diagnostiquer afin d’en connaître la cause et prescrire un traitement adapté.

Par exemple, pour les fissures anales, il pourra recommander de réaliser le massage du ventre, en plus de l’huile minérale et de la gelée de Lansoyl.

 

Les éléments de prévention

Comme pour le traitement, la prévention de la constipation repose principalement sur l’alimentation de votre bébé. Les fibres favorisent le transit intestinal, donc offrez-lui-en au moins 19g/jour s’il a entre 1 et 3 ans et 25g/jour s’il a entre 4 et 8 ans. Vous en trouverez dans les fruits (poire, mûre, pruneaux, orange), les légumes (haricot, carotte, brocoli, patate douce), le pain (pain aux céréales, au son, ou le pain complet), les céréales de grains entiers et les légumineuses (arachides, pois cassés, lentilles, soya).

Côté boisson, les enfants ont besoin de boire au moins 1 à 1,5 litre de liquide jour sous forme de lait, de jus ou tout simplement d’eau. Pour le jus en particulier, la quantité maximum par jour est de 125ml et de préférence diluée. Commencez par les fruits les plus digestes notamment la pomme, l’orange, le raisin, l’abricot et la pêche. À partir de 1 an, faites-lui découvrir de nouvelles saveurs avec les fruits exotiques comme la goyave ou la mangue.

Enfin, certains aliments ne provoquent pas de constipation contrairement à certaines idées reçues, comme la carotte, la banane et le riz.