Les symptômes de la grossesse nerveuse

Aménorrhée, nausée, prise de poids : la grossesse nerveuse montre les mêmes symptômes qu’une grossesse normale, mais avec le bébé en moins. Focus sur ce phénomène psychique qui touche 1 à 3 femmes sur 10 000 (source Doctissimo).

 

 

Qu’est-ce que la grossesse nerveuse ?

Quand le pouvoir de la pensée va au-delà de la frontière de l’abstrait, cela donne des phénomènes peu communs comme la grossesse nerveuse. Une femme qui est atteinte de cette pathologie ressent tout ce que peut ressentir une femme enceinte, mais sans avoir réellement de bébé.

Ce phénomène loin d’être anodin est déclenché par une forte conviction qu’a la patiente d’être enceinte. Cela influe sur ses hormones à cause parfois d’un immense désir d’être enceinte justement (généralement chez les femmes proches de la quarantaine) ou au contraire une peur bleue d’avoir un enfant. Cela peut également être dû à une tumeur de l’ovaire, à une perte préalable d’un bébé ou encore à un important stress. Chaque cas de figure est exceptionnel et peut résulter de circonstances diverses. Mais en général, il s’agit d’un phénomène psychologique de deuil de la maternité ou l’impossibilité de passer cette étape.

 

femme atteinte des syndromes de la grossesse nerveuse

 

Comment se manifeste-t-elle ?

Les symptômes de la grossesse nerveuse peuvent varier d’une patiente à une autre. La plupart du temps, elle se manifeste par une absence de règles, une prise de poids, un ventre arrondi, une douleur au niveau des seins et des nausées. C’est le psychisme qui dérègle le corps, essentiellement les hormones. Dans les cas les plus extrêmes, la femme peut présenter un ventre de 8 mois, sentir les mouvements d’un fœtus ou même éprouver un début de travail. Ce phénomène est toujours dû aux dérèglements hormonaux dictés par la tête et qui agissent sur tout le corps.

Il est cependant facile de déceler s’il s’agit ou non d’une grossesse nerveuse. Pour se faire, il suffit de réaliser un test de grossesse et d’aller voir un médecin comme il est d’usage lorsque les premiers signes d’une grossesse normale apparaissent. Et pourtant, même si le test de grossesse le prouve, les femmes concernées sont souvent incapables de le croire. Dans ce cas, il faudra prendre un traitement que seul le médecin sera à même de lui prescrire en fonction de ses antécédents. Dans certains cas, il est même primordial de consulter un psychiatre.

 

Comment la traiter ?

Dans le traitement d’une grossesse nerveuse, il est important pour le gynécologue de déterminer l’origine psychique de la pathologie même si les symptômes disparaissent généralement après que la patiente ait pris conscience que la grossesse n’est pas réelle. Cela lui permet de mesurer le degré de vulnérabilité de la femme et d’adapter en conséquence le niveau du suivi à prescrire.

Il faut savoir qu’avec ce genre de maladie, le risque de rechute est élevé et varie en fonction de l’équilibre mental de la femme. Il peut aussi arriver que la patiente refuse le diagnostic et préfère rester dans une optique de femme enceinte, ce genre de cas nécessite alors le recours à un psychothérapeute.

L’accompagnement psychologique consiste à aider la patiente à se libérer de toutes ses tensions, de toutes ses angoisses et autres sources de stress qu’elle a intériorisées et qui la ronge. Le suivi lui permet aussi de se recentrer sur son corps. Dans tous les cas, le soutien et les compréhension des proches sont des éléments essentiels.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *